Théories éthiques contemporaines (Questions de métaéthique)

Il est commun en éthique de distinguer les questions normatives des questions de métaéthique. D’une part, on peut, par exemple, se poser la question de savoir si l’extrême pauvreté qui afflige certains pays est injuste ou s’il est de notre devoir d’aider les gens dans le besoin. Mais on peut aussi se demander ce que nous faisons lorsque nous posons de telles questions ou lorsque nous formulons des jugements de nature morale. Que faisons- nous exactement lorsque nous affirmons par exemple qu’il est bien de tenir ses promesses ou qu’il est mal de mentir? Exprimons-nous un goût ou une préférence personnelle? S’agit-il de croyances partagées par les membres de notre société ou de notre groupe culturel? Est- ce plutôt un fait que nous devons aider les gens dans le besoin, comme c’est un fait que la terre est ronde? Que signifie avoir une obligation morale? Est-ce que ça signifie que nous avons de bonnes raisons d’agir ainsi, ou est-ce que ça signifie que nous avons le sentiment que c’est la bonne chose à faire? Est-il possible d’accepter un jugement moral sans pour autant qu’il nous motive à agir? Qu’est-ce qu’une raison d’agir? Quel rôle jouent les émotions par rapport à l’action? Ce cours se donne comme but d’introduire et d’explorer ces problématiques classiques et contemporaines de la métaéthique. Il s’articulera ainsi autour des multiples dimensions – sémantiques, ontologiques, épistémologiques et psychologiques – du problème des fondements et de la nature de la moralité.

 

Accéder au plan de cours

Comments are closed.